CGRR - image-01
reference-dimage-1
reference-dimage-2
Présentation de la CGRR

Présentation de la CGRR

historique, les origines

C’est en 1974 que les Guadeloupéens entendent parler, pour la première fois, de retraite complémentaire. Pour le grand public comme pour les chefs d’entreprises et les salariés, c’est une découverte.

Le 10 juillet 1973, les partenaires sociaux demandent l’extension des dispositions de l’accord du 8 décembre 1961 et signent l’accord de retraite. Ils décident, dans l’article 6 de cet accord, la création d’une institution dénommée Caisse Guadeloupéenne de Retraites par Répartition (CGRR).

Le champ d’application territorial de l’Accord du 8 décembre 1961 est étendu « à certaines activités » du département de la Guadeloupe par un avenant du 7 novembre 1973.

Le 5 avril 1974, le ministre de l’Économie et des Finances et le ministre de la Santé Publique et de la Sécurité Sociale, signent l’arrêté d’agrément de l’avenant du 7 novembre 1973 et de l’accord de retraite du 10 juillet 1973. Cet arrêté d’agrément est publié au Journal Officiel de la République Française du 21 avril 1974.

 

Le 10 mai 1974, le ministre de la Santé Publique et de la Sécurité Sociale signe l’autorisation de fonctionnement de la CGRR. Cette autorisation est publiée au Journal Officiel de la République Française du 22 mai 1974.

A dater du 1er juillet 1974, les dispositions de l’accord du 8 décembre 1961 s’appliquent aux salariés non cadres de la Guadeloupe, employés dans des entreprises qui exercent une activité mentionnée à l’annexe de l’accord interprofessionnel du 10 juillet 1973. La CGRR ouvre ses portes.

C’est l’arrêté interministériel du 6 avril 1976, publié au Journal Officiel de la République Française du 22 avril 1976, qui étend le champ d’application de l’accord national interprofessionnel de retraite du 8 décembre 1961 dans les départements de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Guyane et de la Réunion.

A compter du 1er juillet 1976 obligatoirement, ces dispositions ayant force de loi, toutes les entreprises cotisant au régime général de la Sécurité Sociale, à l’exception de celles du secteur agricole, devront être affiliées à la retraite complémentaire pour l’ensemble de leur personnel salarié.

Présentation de la CGRR

historique, dates clés

1974 Le 1er juillet 1974, la CGRR est installée au premier étage de l’immeuble Canaccini, au 5 quai Foulon, à Pointe-à-Pitre.
1976 A partir du 1er juillet 1976, la mission de la CGRR est décuplée. La CGRR s’installe sur la Place de l’Église.
1983 La CGRR informatise ses services et réalise désormais l’ensemble des opérations jusqu’alors effectuées à Chartres.
1984 La CGRR achète un immeuble imposant et flambant neuf dans le nouveau Pointe-à-Pitre qui se construit derrière l’Hôtel de Ville.
1989 A la fin de l’année 1989, la Mutuelle Interprofessionnelle Antilles Guyane (MIAG) est créée avec le concours de la Caisse Guadeloupéenne de Retraites par Répartition (CGRR) et de l’AGRR.

Il s’agit de favoriser le développement d’une structure juridique capable de prendre en charge les activités concurrentielles traditionnellement développées dans l’environnement des institutions de retraite complémentaire. L’acronyme retenu signifie à l’origine : Mutuelle Interprofessionnelle Archipel Guadeloupe.
1996 Ouverture de l’agence de Saint-Martin puis de l’antenne de Saint-Barthélemy.
1997 En 1994, la CGRR engage la réflexion sur un projet d’investissement visant à créer, à Pointe-à-Pitre, un établissement d’accueil pour personnes âgées initialement intitulé « projet Damoiseau ». La gestion de l’établissement est confiée à l’Association Guadeloupéenne pour l’Accueil des Personnes Agées (AGAPA).

L’établissement, baptisé finalement « Le Quadrille », ouvre en septembre 1997. Il est situé au cœur de Pointe-à-Pitre, au sein d’un immeuble d’habitation (résidence Ernestine Webbe) dont il occupe le 1er étage, et « regroupe plusieurs appartements pour accueillir 18 résidents, de plus de 60 ans, seuls ou en couple, valides, de manière temporaire ou définitive. ». Au fil des années, la perte d’autonomie progressive des résidents oblige à envisager la fin d’un modèle, la fin d’une aventure.

L’AGAPA décide donc de confier le portage d’un nouveau projet à un partenaire associatif et obtient le transfert de son agrément au bénéfice de ce dernier en 2012.
2003 En 2003, la CGRR encourage la création de PREREVA, un organisme de formation qui se donne pour mission d’accompagner les seniors vers une cessation d’activité constructive, autour de projets de vie. PREREVA a professionnalisé son accompagnement en mettant en œuvre des actions de formations axées sur la problématique de la gestion des âges.